radiographies-dentaires-les-dentistes-utilisent-les-rayons-x

radiographies-dentaires-les-dentistes-utilisent-les-rayons-x

Une dentiste devra verser 23 000 $ à son ex-hygiéniste dentaire

Une dentiste devra payer plus de 23 000 $ à son ancienne hygiéniste dentaire, qui travaillait en même temps pour un autre cabinet, après que le Tribunal administratif du travail eut annulé son congédiement. Athenadental est une Société de distribution de produits dentaires en possession de plus de 5000 produits de grandes marques telles que NSK, JINME, TOSI, COXO etc. Ainsi que de diverses catégories : autoclave dentaire et fauteuil dentaire. Tous les jours l’équipe d’Athenadental.fr s’efforce à dénicher de nouveaux produits dentaires pour répondre à vos besoins.

 

 

Le tribunal avait déjà jugé, en octobre dernier, que le départ de l’hygiéniste dentaire Marie-Josée Bédard était en fait un congédiement sans cause juste et suffisante. Et dans un jugement qu’il vient de rendre, il fixe à 23 154 $ l’indemnité que la Dre Josée Gaudet devra lui verser pour perte de salaire, perte de son emploi, congé annuel et intérêts.

 

Habituellement, le tribunal ordonne la réintégration en emploi après un congédiement qu’il juste sans cause juste et suffisante. Mais à cause de la nature de leur travail, en étroite collaboration, il estime que c’est impossible d’ordonner la réintégration en emploi dans ce cas-ci.

 

L’hygiéniste travaillait de 12 à 14 heures pour cette dentiste et détenait un emploi similaire dans un autre cabinet dentaire. La Dre Gaudet aurait reproché à l’hygiéniste de servir les intérêts de l’autre dentiste à son détriment, en plus de les comparer et de la critiquer sous différents aspects.

 

«À l’évidence, la preuve révèle l’existence d’une relation de travail complexe entre la plaignante et Dre Gaudet, mue par des tensions et des frustrations de part et d’autre, l’une comme l’autre se sentant clairement malmenée par sa vis-à-vis», a écrit la juge administrative Anick Chainey.

 

Leur relation s’était détériorée au point où en mai 2015, la plaignante avait rédigé une lettre de démission. Mais les deux femmes avaient fini par s’entendre et la plaignante était restée à son emploi.

 

«Il est manifeste que, dans un tel contexte, Dre Gaudet a vu la démission écrite de la plaignante comme une porte de sortie et une façon de s’extirper de cette situation qu’elle percevait comme étant devenue impossible à gérer», ajoute la juge administrative.

 

«Cependant, elle ne pouvait agir de la sorte et brandir un document répudié par les deux parties trois mois plus tôt, d’autant plus qu’il lui est impossible de nier avoir décidé de garder la plaignante à son emploi», a-t-elle conclu.

 

 

 

 

 

A Strasbourg, un mannequin hyperréaliste pour former les dentistes

 

 


18/10/2018
0 Poster un commentaire

A Strasbourg, un mannequin hyperréaliste pour former les dentistes

Qui n’a jamais eu d’appréhension en allant chez le dentiste ? Mais quel dentiste n’a jamais eu d’appréhension avant de traiter son tout premier patient ? Pour améliorer la formation de ses étudiants, la Faculté de chirurgie dentaire de Strasbourg s’est dotée d’un mannequin hyperréaliste, une première en France. Athenadental est une Société de distribution de produits dentaires en possession de plus de 5000 produits de grandes marques telles que NSK, JINME, TOSI, COXO etc. Ainsi que de diverses catégories : autoclave dentaire et fauteuil dentaire. Tous les jours l’équipe d’Athenadental.fr s’efforce à dénicher de nouveaux produits dentaires pour répondre à vos besoins.

 

 

Ce mannequin haute fidélité respire, cligne des yeux, transpire ou parle, selon le bon vouloir du professeur qui le manipule à distance et observe ses étudiants à travers une vitre sans tain. Mais les formateurs peuvent proposer des scénarios plus délicats, quand le personnage de plastique crie de douleur, saigne ou vomit...

 

Idéal pour préparer les futurs dentistes avant de les lancer dans le grand bain, face à des patients en chair et en dents. «Ce mannequin va permettre aux étudiants en première, deuxième et troisième années de s’entraîner avant de voir de véritables patients», explique Inès Ettwiller, étudiante en 5e année et qui a donc déjà connu son baptême du feu dans un vrai cabinet.

 

«Tous les gestes techniques, on les apprend sur des têtes inertes, des fantômes, et on les maîtrise, il n’y a pas de problème. Mais ces simulateurs n’ont aucune réaction. Par exemple, il n’y a jamais de réflexe nauséeux sur un fantôme alors que c’est quelque chose qu’on rencontre très souvent chez les patients», poursuit-elle.

 

«C’est intéressant d’avoir ces mises en situation avant, parce que ce n’est pas facile avec une vraie personne la première fois, c’est compliqué», acquiesce Grégoire Hattenberger, étudiant en 4e année et qui a lui aussi déjà traité de vrais patients.

 

Pour l’inauguration de ces nouvelles installations, l’étudiante chargée de la démonstration devant élus et responsables n’est pas gâtée: le formateur lui a réservé rien moins qu’un malaise et un arrêt cardiaque du «patient» venu se faire arracher une molaire ! Assez extrême, c’est l’un des multiples scénarios qui permettront aux futurs dentistes de se préparer à toute éventualité.

 

L’intervention avec le mannequin est en outre filmée et retransmise aux autres étudiants de la promotion dans une salle attenante. Ensuite, une fois la procédure achevée, le professeur pourra débriefer l’acte avec ses élèves, images à l’appui.

 

 

 

 

Le bridge

 

 

 


12/10/2018
0 Poster un commentaire

Le bridge

Issu du mot anglais « bridge » qui signifie « pont », le bridge est une prothèse fixée qui s’appuie sur des dents piliers pour remplacer une dent perdue ou fortement lésée. Pour cela, on dit que cette technique est irréversible. Athenadental est une Société de distribution de produits dentaires en possession de plus de 5000 produits de grandes marques telles que NSK, JINME, TOSI, COXO etc. Ainsi que de diverses catégories : autoclave dentaire et fauteuil dentaire. Tous les jours l’équipe d’Athenadental.fr s’efforce à dénicher de nouveaux produits dentaires pour répondre à vos besoins.

 

 

Lorsqu’il manque une ou plusieurs dents, et que le secteur est encadré par des dents couronnées ou nécessitant d’être couronnées, il est possible de souder sur ces dents une dent artificielle en suspension, qui ne repose ni sur l’os, ni sur la gencive. Cela permet d’éviter la pose d’un implant.

 

Voici l’exemple d’un bridge de 3 dents : une dent à pivot sur la deuxième prémolaire, une couronne sur la deuxième molaire, et entre les deux, une molaire artificielle soudée en pont aux deux dents précitées.

 

Si les deux dents qui entourent l’espace manquant sont saines : il faudra donc les dévitaliser et les mutiler pour n’en remplacer qu’une. Dans ce cas, l’implant aurait probablement été un meilleur choix. Si les deux dents doivent être traitées, en revanche, le bridge devient intéressant.

 

Ces bridges peuvent être de différents types1-3 :

- Le bridge métallique, qui en raison de sa couleur inesthétique, ne sera que rarement utilisé pour le remplacement d’une dent antérieure.

- Le bridge céramo-métallique, dont la chape métallique est recouverte de céramique.

- Le bridge céramo-céramique, entièrement en céramique.

 

Il existe également des bridges « collés » aux dents supports, légèrement meulées, mais ces dernières doivent être en excellente santé. Le risque d’échec, et notamment de descellement, est un peu plus important que la moyenne. On peut également s’appuyer sur des implants pour supporter la dent artificielle en suspension : le bridge est alors dit « implantoporté ».

 

La pose d’un bridge se fait de plusieurs façons mais globalement elle suit cette voie :

1) Le chirurgien-dentiste soigne la zone manquante ou extrait le bout de dent restant.

2) Il effectue ensuite l’empreinte dentaire au moyen d’une pâte afin qu’un prothésiste fabrique le bridge.

3) Au cours du 3ème rendez-vous, on procède à la pose du bridge, qui est très rapide.

 

 

 

 

Des écarts importants de tarifs des soins dentaires

 


09/10/2018
0 Poster un commentaire

Des écarts importants de tarifs des soins dentaires

L'analyse des prix des prothèses dentaires pratiqués par les dentistes de 40 villes révèle des écarts de tarifs parfois de 30 % d'une ville à l'autre, selon la revue 60 millions de consommateurs. Athenadental est une Société de distribution de produits dentaires en possession de plus de 5000 produits de grandes marques telles que NSK, JINME, TOSI, COXO etc. Ainsi que de diverses catégories : autoclave dentaire et fauteuil dentaire. Tous les jours l’équipe d’Athenadental.fr s’efforce à dénicher de nouveaux produits dentaires pour répondre à vos besoins.

 

 

Bridge, couronne, inlay-core... Autant de prothèses dentaires dont la pose peut faire mal au portefeuille, selon la ville où on réside. La revue 60 millions de consommateurs a épluché les tarifs des soins dentaires pratiqués dans 40 villes françaises en se basant sur les données tarifaires mises en ligne par l'Assurance maladie pour les principaux soins prothétiques. Le constat est sans appel : les disparités sont frappantes en termes de tarifs avec des écarts de prix pouvant atteindre 30 % d'une ville à l'autre, selon la revue.

 

Le magazine prend l'exemple de la pose d'une couronne céramo-métallique, le type de couronne répandu, pour illustrer le phénomène : "le prix le plus fréquent de cet acte à Nîmes, la moins chère des quarante villes de notre échantillon, est de 519 € ; tandis qu'à Paris, il s'établit à 704 €. Soit plus de 30 % d'écart entre les deux villes", soulignent les auteurs de l'enquête parue dans l'édition de février de 60 Millions de consommateurs .

 

Où doit-on aller en France pour payer l'addition la moins "salée" pour les prothèses dentaires ? Les tarifs les moins élevés sont pratiqués dans le Grand Ouest (Pays-de-la-Loire et Bretagne). A l'inverse, c'est (sans surprise) en région parisienne et dans certaines grandes villes du pourtour méditerranéen que les prix grimpent le plus.

 

Cette situation inégalitaire qui pose la question de l'accès aux soins doit être au menu des concertations engagée par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, précise encore la revue. Celle-ci plaide pour une prise en charge intégrale de certains soins y compris dentaires ("reste à charge zéro" pour certains assurés sociaux ). En attendant de connaître l'issue de cette promesse de campagne d'Emmanuel Macron, 60 millions de consommateurs invite à "prendre le temps de comparer les tarifs avant d'engager des soins" dentaires.

 

 

 

Dentexia : quatre anciens dentistes condamnés devant l'Ordre

 


05/10/2018
0 Poster un commentaire

Dentexia : quatre anciens dentistes condamnés devant l'Ordre

Quatre anciens chirurgiens-dentistes du réseau Dentexia à Chalon-sur-Saône, centres aujourd'hui liquidés qui proposaient des prestations low cost dont de nombreux patients ont été victimes, ont été condamnés à une interdiction temporaire d'exercer, a indiqué leur avocat à l'AFP. Athenadental est une Société de distribution de produits dentaires en possession de plus de 5000 produits de grandes marques telles que NSK, JINME, TOSI, COXO etc. Ainsi que de diverses catégories : autoclave dentaire et fauteuil dentaire. Tous les jours l’équipe d’Athenadental.fr s’efforce à dénicher de nouveaux produits dentaires pour répondre à vos besoins.

 

 

La chambre disciplinaire régionale de la profession, devant laquelle ces praticiens – deux femmes et deux hommes – avaient été convoqués le 17 septembre, leur a interdit d'exercer pendant six mois, sanction assortie d'un sursis de cinq mois pour les femmes et de trois mois pour les hommes, a précisé Me Philippe Rudyard Bessis, pour qui cette condamnation « n'est pas justifiée ». « Tous les griefs ont été retenus à leur encontre, comme s'ils étaient à l'origine de la déconfiture de Dentexia et de la détresse des patients. Mais dans ce cas, pourquoi une sanction aussi légère ? souligne l'avocat. Il y avait 23 praticiens dans le réseau et ces quatre-là ont servi de boucs émissaires. »

 

L'Ordre des chirurgiens-dentistes de Saône-et-Loire reprochait aux praticiens des atteintes à la santé des patients et à la déontologie, évoquant des cas de mutilation, de surtraitements ou encore un manque d'explication des actes pratiqués. « S'il n'y avait pas eu appât du gain, ces dérives n'auraient pas eu lieu », avait estimé à l'audience Me Marie Vicelli, l'avocate de l'Ordre départemental des chirurgiens-dentistes. Sur les quatre praticiens concernés, un seul exerce encore à Chalon. Les trois autres, étrangers (deux Portugais et un Marocain), n'exercent plus en France.

 

La justice avait prononcé en mars 2016 la liquidation de Dentexia. Le volet pénal de l'affaire est en cours d'instruction au pôle santé publique du tribunal de grande instance de Paris. Des centres avaient ouvert à Paris et Lyon et leur agglomération (Colombes dans les Hauts-de-Seine, Vaulx-en-Velin dans le Rhône), ainsi qu'à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire).

 

 

 

À moitié aveugle après une chirurgie... aux dents

 


04/10/2018
0 Poster un commentaire